FANDOM


Jusqu’au bout du monde (At World's End) est un film américain de Gore Verbinski sorti le 23 mai 2007 en France. Il constitue le troisième volet de la trilogie Pirates des Caraïbes et par conséquent est la suite de La Malédiction du Black Pearl (2003) et Le Secret du coffre maudit (2006).

SynopsisModifier

L'âge d'or de la piraterie touche à sa fin. Même le terrifiant Hollandais Volant et son capitaine maudit Davy Jones servent à présent Lord Cutler Beckett et la Compagnie anglaise des Indes Orientales. L'invincible Hollandais Volant écume désormais les sept mers, massacrant sans pitié pirates de tous bords et sabordant leurs navires. Will Turner, Elizabeth Swann et le capitaine Barbossa n'ont qu'une seule chance de résister à Beckett et à son armada destructrice.

En effet, les pirates des sept mers vont tenter de libérer la déesse Calypso, qui n'est autre que Tia Dalma sous son enveloppe charnelle. Pour cela il faut réunir la confrérie des pirates, et c'est là que le problème se pose : Jack Sparrow et son navire, le mystérieux et sinistre Black Pearl sont dans l'antre de Davy Jones, et c'est pour cela que ses amis viennent le libérer.

RésuméModifier

Le film débute par une scène montrant un grand nombre de pirates qui sont condamnés à la potence à la suite de la suspension des droits fondamentaux par Lord Cutler Beckett. Arrive alors un enfant qui chante la chanson des pirates, ce qui a pour conséquence de satisfaire Beckett.

Puis, la scène suivante se déroule à Singapour où Elizabeth Swann et Barbossa doivent négocier avec Sao Feng qui possède des cartes de navigation nécessaire pour retrouver Jack Sparrow. Cependant, Will, que Barbossa avait chargé de récupérer les dites cartes, est capturé. Alors que le capitaine tente de persuader Sao Feng de ses bonnes intentions, la discussion s’envenime lorsque ce dernier découvre qu’il y a un autre individu qui ne fait pas partie de ces hommes (son tatouage « coulant » à cause de la vapeur). Néanmoins, il ne fait pas partie non plus de l’équipage de Barbossa et dès cet instant des soldats de la Compagnie des Indes surgissent. Néanmoins, au cours de la scène d’action qui s’ensuit, Will négocie avec Sao Feng afin d’obtenir le Black Pearl, nécessaire pour sauver son père, Bill le bottier, qui fait toujours partie de l’équipage de Davy Jones ; en échange, Sao Feng leur fournit un équipage et un bateau.

Quittant Singapour, les personnages vont devoir se rendre, au cours de leur voyage, dans les mers glacées. Durant ce périple, Will fait coulisser les différentes parties circulaires de la carte de Sao Feng et parvient ainsi à rendre celle-ci lisible alors que pendant ce temps, Tia Dalma explique à Pintel et à Ragetti pour quelle raison elle ne peut pas ramener Jack comme elle l’a fait pour Barbossa. En effet, le capitaine du Black Pearl est dans l’antre de Davy Jones, aspiré corps et âme, et c’est pourquoi, ils doivent s’y rendre afin de le sauver. Une fois que Will est parvenu à rendre la carte plus lisible, il la montre à Barbossa qui demande à Gibbs d’expliquer ce qu’est le rayon vert. Il s’agit ainsi d’un événement qui se produit lorsqu’une âme revient dans le monde des vivants.

Pendant ce temps, le Hollandais volant, au service de Beckett, détruit des navires pirates, ce qui ne plaît guère à ce dernier qui préfère avoir des prisonniers plutôt que des cadavres et afin de se faire respecter, il décide que le coffre contenant le cœur de Davy Jones demeurera sur le navire de ce dernier, surveillé par plusieurs soldats de la Compagnie des Indes. De plus, Mercer fait mention que le gouverneur Weatherby Swann pose des questions à propos du coffre de Davy Jones, ce à quoi Beckett répond qu’il pourrait désormais être inutile.

Un peu plus tard, alors que les rapports entre Will et Elizabeth demeurent tendus, ce dernier constate qu’ils sont perdus en mer, acte volontaire de la part de Barbossa puisqu’il faut se perdre afin de « trouver l’introuvable ». Très rapidement, Will et le reste de l’équipage constatent qu’il y a une sorte d’immense cascade, symbolisant la frontière entre le monde des vivants et celui des morts, où se trouve l’antre de Davy Jones.Will crie de virer de bord, mais Barbossa ordonne de continuer tout droit afin de tomber.

La scène suivante signe la première apparition de Jack Sparrow dans le troisième film. Celui-ci est sur le Black Pearl où il parle avec plusieurs « versions » de lui-même qui forment l’équipage et les divers animaux ; seule la chèvre étant réellement elle-même, une version de Jack se comportant d’ailleurs comme une poule. Puis, il décide de quitter le navire et atterrit sur un plateau désertique qui s’étend à perte de vue. Jack découvre ensuite une pierre qu’il jette et qui se révèle être un crabe en pierre vivant. Il tente ensuite de tirer son navire mais il n’y parvient pas et s’écroule. De nombreux crabes (sans doute plusieurs centaines) prennent alors le relais et arrivent à déplacer le Black Pearl en le portant ensemble.

Pendant ce temps, les autres personnages sont échoués sur une plage dans l’antre de Davy Jones et sont donc bloqués lorsque le Black Pearl suivi par Jack surgissent d’une colline de sable fin. Néanmoins, ce dernier croit tout d’abord que ses amis ne sont que des illusions puis, il apprend à Will que c’est Elizabeth qui l'a livré au Kraken.

Par la suite, alors que le Black Pearl est en mer, les deux personnages ont une discussion à propos des déclarations de Jack. Will qui, dans Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffre Maudit, a vu Elizabeth embrasser le capitaine du Black Pearl, pensait jusqu’alors qu’elle était amoureuse de celui-ci mais, les propos de Jack Sparrow, bien qu’ayant dissipé ses doutes, posent le problème du rapport de confiance entre les deux personnages.

Puis, au cours de la nuit, Pintel et Ragetti, qui se trouvent sur le pont, voient des esprits dans la mer. Tia Dalma leur explique alors que c’est normalement le rôle de Davy Jones de guider les esprits des personnes mortes en mer vers l'autre monde. En échange, il avait le droit de revenir un jour sur terre après dix ans passés sur mer afin de revoir sa bien-aimée. Cependant, Davy Jones n’a pas rempli la tâche qui lui était destinée, ce qui l’a transformé en une créature hybride, étant notamment pourvu d’une tête de pieuvre et d’un bras gauche qui est une pince de crabe.

Peu après, l’équipage découvre qu’il y a des personnes dans des barques, parmi lesquelles le père d’Elizabeth, le gouverneur Weatherby Swann qui s’est fait assassiné à la suite des déclarations de Mercer à Beckett. Il apprend ainsi à l’équipage que celui qui embroche le cœur de Davy Jones devient à son tour le capitaine du Hollandais volant puisqu’il faut qu’il y ait toujours un capitaine pour ce navire. Elizabeth tente alors d’aider son père à monter sur le Black Pearl mais, ses tentatives restent vaines.

Alors que le soleil se couche, Tia Dalma déclare qu’ils doivent trouver un moyen de retourner dans leur monde avant que la nuit ne tombe sinon, ils erreront dans les mers du monde des morts « pour l’éternité ». Jack, qui fait coulisser les différentes parties de la carte, voit à nouveau deux versions miniatures de lui-même qui se comportent comme un ange qui donne des bons conseils et un diable qui contredit l’ange et qui appelle à satisfaire ses désirs. Cela montre ainsi, le dilemme de Jack qui aimerait prendre la place de Davy Jones, pouvant voguer pour l’éternité mais, ne pouvant également retourner qu’une seule journée sur terre tous les dix ans. Alors qu’il discute avec eux, le capitaine du Black Pearl découvre la solution au problème avec cette phrase, « Up is down » (le haut est en bas). Ainsi, il commence à faire « rouler » le bateau en courant d’un côté du navire vers son opposé afin de le faire basculer dans la mer. Peu à peu, c’est l’ensemble de l’équipage qui court avec lui et ils arrivent ainsi à leurs fins. Le soleil se couche alors sur le monde des morts, se levant donc dans le monde des vivants.

De retour chez eux, Jack et Barbossa se disputent à propos de celui qui doit être capitaine. N’ayant plus d’eau et de rhum, l’équipage doit se rendre sur une île afin d’aller chercher de quoi boire. Cependant, Jack et Barbossa se disputent encore et c’est donc Will qui devient le capitaine temporaire du Black Pearl en leur absence. Un petit groupe de pirates se dirigent donc vers l’île où ils découvrent le cadavre du Kraken, tué par Davy Jones sur ordre de Beckett. Puis, arrivé à une source d’eau, les personnages voient qu’il y a un autre cadavre, empoissonné. Ils remarquent alors qu’il s’agit d’un homme qu’ils ont rencontré à Singapour. Dès cet instant, les pirates de Sao Feng dégainent leurs armes. La situation devient alors plus problématique puisque de retour sur le Black Pearl, les personnages découvrent que Will a fait un marché avec Sao Feng ; cependant ce dernier a également conspiré avec Beckett. Tandis que Jack est conduit à celui-ci, Sao Feng, qui souhaitait lui aussi avoir le Black Pearl apprend par Mercer que Beckett l’a doublé, celui-ci préférant garder le navire de Jack Sparrow, le seul étant « capable de distancer le Hollandais volant ». Barbossa tente alors de le convaincre en lui disant qu’il souhaite réunir la confrérie des pirates dans le but de libérer Calypso qui est actuellement enfermée dans une enveloppe charnelle. Barbossa, par son regard en direction d’Elizabeth, laisse supposer à Sao Feng qu’elle est Calypso. Ainsi, ce dernier accepte de les libérer en échange d’Elizabeth. Pendant ce temps, Jack négocie avec Beckett ; il accepte de le guider à la baie des naufragés où doit se tenir la confrérie en échange de quoi, son équipage doit être épargné excepté Barbossa et Will. Puis, le capitaine du Black Pearl parvient à s’échapper grâce à la canonnade qui éclate entre les différents navires. Dès lors, Will est mis aux fers et Beckett ordonne que le Hollandais volant doit suivre le navire de Sao Feng tandis qu’il va suivre celui de Jack.

Ainsi, Elizabeth, se trouvant sur le navire de Sao Feng, apprend qu’elle serait Calypso. Le capitaine tente ensuite de l’embrasser mais, il est repoussé et il meurt empalé par un morceau de bois à la suite de l’explosion provoquée par un canon du Hollandais volant. Cependant, avant de succomber à sa blessure, il fait d’Elizabeth le capitaine de son navire, lui remettant un objet, ce qui ne plaît guère au reste de l’équipage sauf lorsqu’il s’agit de désigner la personne qui les commande à Davy Jones. James Norrington, devenu Amiral, apprend par Elizabeth que le gouverneur, qu’il croyait en Angleterre, a en réalité été assassiné. Il souhaite alors lui accorder ses quartiers mais, Elizabeth préfère rester avec son équipage.

Pendant ce temps, Will, qui a réussi à s’échapper, jette des tonneaux sur lesquels sont attachés des cadavres afin que Beckett puisse suivre le Black Pearl. Cependant, il est surpris par Jack qui lui propose de se charger de Davy Jones. Ainsi, il libère Bill le Bottier de sa dette et Will peut épouser Elizabeth en toute quiétude. Cependant, ce dernier lui rappelle qu’il devra remplir son rôle sous peine de devenir comme Davy Jones, aspect auquel Jack ne souhaite pas ressembler. À la suite de cette discussion, il lui donne le compas et le jette à l’océan, lui disant de penser comme lui.

Durant cette même nuit, alors qu’Elizabeth et son équipage sont enfermés sur le navire de Davy Jones, elle s’entretient avec le père de Will qui fait désormais partie du navire. Il pense ainsi que son fils l’a envoyé pour lui dire qu’il va le libérer mais, ce n’est pas le cas. Il prend alors conscience que Will ne doit pas intervenir car, pour le sauver, il doit embrocher le cœur de Davy Jones et par conséquent devenir le nouveau capitaine du Hollandais volant mais, s’il agit ainsi, il perdra Elizabeth. Puis, James Norrington arrive et libère les prisonniers, choisissant ainsi son camp. Cependant, Bill le bottier découvre qu’ils s’échappent et donne l’alerte. Elizabeth propose alors à l’Amiral de venir avec eux mais il refuse et, pendant que la fille du gouverneur et les autres membres de l’équipage rejoignent leur navire en utilisant des cordes qui relient leur bateau à celui de Davy Jones, James Norrington est confronté au père de Will. Il décide donc de tirer dans la corde afin de la couper et de sauver Elizabeth et son équipage mais, il est ensuite tué par Bill le bottier. Ces événements conduisent alors Davy Jones à tenter de reprendre le contrôle du Hollandais volant mais, son cœur est toujours aux mains de la Compagnie des Indes, ce qui l’empêche ainsi d’agir comme il le souhaite.

Alors que sur le Black Pearl, Barbossa apprend à Tia Dalma, avant de la mettre aux fers, qu’il a bien l’intention de la libérer, prouvant ainsi que c’est bel et bien elle Calypso ; Will et Beckett attendent Davy Jones qui apprend de la bouche du fils de Bill le bottier que Jack Sparrow s’est échappé de son antre. Puis, Beckett souhaite en apprendre davantage sur Calypso dont Davy Jones est l’époux. Il déclare alors que c’est lui qui a dit à la première confrérie des pirates comment ils devaient s’y prendre pour l’enfermer. Dès lors, Will négocie avec Beckett sa liberté, celle d’Elizabeth et celle de son père, et en échange il remet le compas à Lord Cutler Beckett, lui déclarant : « Qu’est-ce que vous souhaitez le plus ? ». Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que lors de cette scène, Will suit visiblement les conseils de Jack Sparrow qui lui avait dit de penser comme lui puisque, le personnage perd de son sérieux pour adopter une attitude plus drôle, propre au capitaine du Black Pearl.

Alors que la confrérie des pirates commence à se réunir, Tia Dalma reçoit la visite de Davy Jones qui lui reproche de ne pas avoir été là où elle aurait dû être après qu’il a rempli sa tâche durant dix ans tandis qu’elle lui déclare que son cœur lui appartient, lui touchant d’ailleurs la poitrine ce qui le fait redevenir humain pendant quelques instants. Puis, elle exprime sa rancune envers les pirates et dit à Davy Jones que lorsqu’elle sera libre, elle l’aidera.

Pendant ce temps, les seigneurs pirates sont réunis au sein du tribunal de la confrérie. Alors qu’un certain nombre d’entre eux s’impatientent à cause de l’absence de Sao Feng, Elizabeth arrive et déclare qu’il est mort et qu’elle est le nouveau capitaine. Barbossa demande ensuite à chaque seigneur pirate de remettre sa pièce qui doit servir de preuve. Cependant, les pièces sont en réalité plutôt des objets comme une carte pour le pirate français ou l’œil de Ragetti pour Barbossa. Diverses propositions sont alors faites pour lutter contre Beckett. Certains pirates estimant qu’ils n’ont qu’à soutenir un blocus, Barbossa préférant libérer Calypso, Elizabeth souhaitant plutôt se battre et Jack soutenant l’idée de celle-ci bien qu’il estime qu’il faut combattre pour fuir ensuite. Néanmoins, seul le roi des pirates peut déclarer la guerre, ce qui est confirmé par le code des pirates dont le passage y faisant référence est lu par Teague Sparrow. Cependant, l’élection du roi des pirates consiste en un vote populaire mais, chaque pirate vote pour soi-même ce qui empêche qui que ce soit d’être le roi des pirates. Comme prévu, chaque personne a une voix mais, lorsque c’est le tour de Jack Sparrow, il choisit Elizabeth, ce qui lui permet d’avoir deux voix et donc d’être élu roi des pirates. Elle décide donc qu’il faut se battre bien que Barbossa fasse signe à Ragetti d’emporter les pièces des seigneurs pirates, nécessaire à la libération de Calypso. Jack parle ensuite à son père, lui disant que le truc c’est de survivre mais, Teague lui répond que ce n’est pas le plus important, l’essentiel « c’est de vivre avec soi-même ».

Chaque pirate se trouve ensuite sur son navire et est prêt à lutter lorsqu’ils découvrent qu’ils ont affaire à une armada. Trois personnages de chaque camp vont donc se rencontrer sur un petit morceau de terre afin de parlementer. Ainsi, Elizabeth, Jack et Barbossa font face à Davy Jones (qui se trouve dans une bassine d’eau, ne pouvant pas marcher sur la terre), Beckett et Will. À la suite d'une discussion présentant Jack comme traître, Barbossa coupe la natte de celui-ci, parvenant ainsi à s’emparer de la dernière pièce qui lui manquée, Jack n’ayant pas donné la sienne auparavant. Elizabeth décide alors de procéder à un échange entre le capitaine du Black Pearl et Will. Finalement, la bataille aura bien lieu mais, Barbossa décide de faire comme il l’entend et il commence le rituel afin de libérer Calypso. Il s’agit de brûler les pièces des seigneurs pirates et de prononcer avec amour ses mots : « Calypso, je te libère de ta prison humaine ». À la suite à l’échec de Barbossa, c’est Ragetti qui prononce la phrase. Dès cet instant, Tia Dalma inspire une fumée violette. Will tente alors d’éviter le pire en lui rappelant que c’est Davy Jones qui a dit aux pirates comment l’emprisonner. Celle-ci devient géante et Barbossa ainsi que le reste de l’équipage s’agenouillent afin de lui demander son aide. Calypso prononce alors une sorte d’incantation puis, se transforme en de nombreux crabes de pierre qui tombent dans l’océan.

Malgré cet échec, Elizabeth veut lutter mais, Barbossa refuse, persuadé qu’ils vont vers une mort certaine. À la suite de ces propos, celle-ci fait un discours afin de motiver les pirates, ce qu’elle parvient à faire, chaque navire hissant son drapeau.

Une tempête éclate alors et est le fruit de Calypso. Dès lors, seul le Hollandais volant et le Black Pearl se dirigent vers le maelström qui s’est formé. Les craintes de Mercer et des autres personnages faisant partie de la Compagnie des Indes permettent à Davy Jones d’en profiter pour reprendre le contrôle de son navire. Il supprime alors Mercer et lui dérobe la clé du coffre contenant son cœur. Pendant ce temps, la bataille fait rage sur le Black Pearl entre les soldats de la Compagnie des Indes, l’équipage de Davy Jones et l’équipage du navire de Jack Sparrow. Ce dernier est d’ailleurs enfermé au sein du Hollandais volant mais, réfléchissant comme Will, il parvient à se libérer et va récupérer le coffre contenant le cœur de Davy Jones. Cependant, il croise celui-ci en sortant de la pièce. Les capitaines du Black Pearl et du Hollandais volant s’affrontent alors en haut du mât. Pendant ce temps, Will demande à Elizabeth si elle veut bien l’épouser en pleine bataille. Celle-ci sollicite alors Barbossa qui, en dépit du fait qu'il n'est pas capitaine les marie. Entre-temps, Jack parvient, par un habile stratagème, à couper le tentacule de Davy Jones qui détient la clé du coffre. Cependant, Jones parvient à briser son coutelas et arrive à récupérer le coffre mais, le capitaine du Black Pearl tire dans le bras de celui-ci qui lâche alors ce qu’il venait d’obtenir. Puis, Will arrive sur le Hollandais volant et doit affronter son père qui ne se souvient visiblement pas de son fils. Cependant, il parvient à le battre et lui rappelle alors sa promesse. Par la suite, Elizabeth arrive également sur le navire de Davy Jones et affronte ce dernier mais, elle est battue et c'est donc Will qui prend le relais mais il est lui aussi vaincu. Davy Jones savoure alors son succès lorsque Jack lui montre qu'il tient son cœur, prêt à l'embrocher. Cependant, Davy Jones découvre que Will est amoureux d'Elizabeth. Néanmoins, le capitaine du Hollandais volant, estimant que l'amour est un sentiment fragile embroche Will. Sous le choc, Jack demeure alors quelques instants indécis mais il décide finalement de transpercer le cœur de Davy Jones avec la main de Will. Ce faisant, l'équipage du Hollandais volant se dirige vers le fils de Bill le bottier afin de lui arracher le myocarde. Avant que le navire ne sombre dans le maelström, Jack et Elizabeth s'enfuient et reviennent sur le Black Pearl. La tempête se calme donc et Jack donne des ordres afin de passer à l'offensive alors que pour Barbossa agir ainsi ne serait que pure folie. Beckett estime que si le Black Pearl vient à sa rencontre, c'est uniquement parce qu'il pense que Jack espère qu'il honorera la part du marché qu'ils ont passé. Cependant, le Hollandais volant surgit des flots et Beckett pense que c'est Davy Jones qui va se charger de Jack et de son équipage mais, le navire a un nouveau capitaine qui est Will et en conséquence l'équipage redevient humain. Les deux bateaux qui se faisaient face changent alors de direction et voguent l'un à côté de l'autre. Puis, chacun d'entre eux tirent sur le Endeavor détruisant ainsi le navire de Beckett qui se contente de dire à ses hommes : « Dites-vous que c'est de bonne guerre ». À la suite de cela, l'armada se retire, scellant ainsi la victoire des pirates.

Peu après, l'équipage prépare une chaloupe pour qu'Elizabeth puisse se rendre sur une île afin de pouvoir dire adieu à Will Peu après, le soleil commence à se coucher et le capitaine du Hollandais volant doit donc repartir pour exercer sa tâche. Il confie alors le coffre contenant son cœur à Elizabeth et repart dans le monde des morts.

La scène finale traite de Jack Sparrow qui se trouve à Tortuga en compagnie de Giselle et de Scarlett auxquelles il a promis la visite du Black Pearl mais arrivé au port, il constate que son navire a une fois de plus disparu. Malgré tout, il utilise la chaloupe que l'équipage lui a laissé. Entre temps, sur le Black Pearl, Pintel et Ragetti demandent à Barbossa de leur dire ce qu'ils vont chercher afin de se sentir moins coupable d'avoir abandonné Jack. Cependant, lorsqu'il prend la carte pour leur montrer, il découvre que celle-ci a été découpée. L'auteur de cet acte n'est autre que Jack qui souhaite l'utiliser pour découvrir la Fontaine de Jouvence. Comme dans les précédents opus, le film se termine sur un "yo-ho-ho" (dans le 1, c'était Sparrow, dans le 2 Beckett, et dans le trois à nouveau Sparrrow

Comme dans les précédents films Pirates des Caraïbes, il y a après les crédits une scène supplémentaire. Celle-ci se passe dix ans plus tard, montrant un jeune garçon qui fredonne la chanson des pirates. Il s'agit du fils d'Elizabeth qui attend d’ailleurs, avec sa mère, au sommet d'une falaise le retour du capitaine du Hollandais volant. Alors que le soleil se couche, ils voient l'éclat vert qui marque le retour de Will pour une journée

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Bande originaleModifier

Voici la liste des treize pistes incluses dans la bande originale officielle du film composée par Hans Zimmer et d'une durée totale de plus de 55 minutes.

  • Hoist The Colours (1:31)
  • Singapore (3:40)
  • At Wit's End (8:05)
  • Multiple Jacks (3:51)
  • Up Is Down (2:42)
  • I See Dead People In Boats (7:09)
  • The Brethren Court (2:21)
  • Parlay (2:10)
  • Calypso (3:02)
  • What Shall We Die For (2:02)
  • I Don't Think Now Is The Best Time (10:45)
  • One Day (4:01)
  • Drink Up Me Hearties (4:31)


AnecdotesModifier

  • Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du monde marque le retour des deux officiers de la Compagnie des Indes orientales Mullroy et Murtogg, incarnés respectivement par Angus Barnett et Giles New, vus dans La Malédiction du Black Pearl. Leur absence totale de Le Secret du coffre maudit est donc justifiée par l'ouragan essuyé par James Norrington au large de Tripoli. Ils finissent pirates dans le troisième volet et on peut les apercevoir dans la bande-annonce sur le Black Pearl lorsque Elizabeth Swann adresse à Jack Sparrow : « Ça n'aurait jamais pu marcher entre nous. »
  • Une partie du film a été censuré par les autorités chinoises qui considère que le personnage du capitaine Chow renvoie à une image de diabolisation du Chinois. Le temps d'apparition de Chow est réduit de moitié[1].
  • Ce film se détourne plus vers le sérieux que le comique à l'inverse des deux premiers opus.
  • En version originale, Tia Dalma mentionne, dans Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffre Maudit, « A touch of destiny » à propos de Will or, elle mentionne à nouveau ses mots lorsqu’elle utilise ses morceaux de crabe afin de savoir où se trouve le Hollandais volant et, dans Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde, elle déclare, à l’attention de Will, « le doigt du destin » alors qu’il est en train de regarder les esprits des morts dont Davy Jones devrait normalement s’occuper. Dans la version française de Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit, le doublage se révèle assez différent bien que l’on retrouve dans les sous-titres français, « le doigt du destin » lors des deux passages dont il a été fait mention précédemment. Il est donc possible que Tia Dalma connaisse le destin de Will qui sera d’être capitaine du Hollandais volant et de reprendre la tâche que Davy Jones refuse d’accomplir. Cependant, en version québécoise, Tia Dalma dit "une aura de destinée", ce qui s'apparente davantage à la version anglaise.
  • Le chien Chopper gardant les clés au sein des trois films Pirates des Caraïbes est une référence directe à l’attraction du même nom. En effet, dans le premier film, les prisonniers tentent de l’attirer avec un os afin qu’ils puissent avoir la clé détenue par le chien. Dans le second film, Pintel dit à Ragetti qu’ils se sont évadés grâce à sa ruse or, Chopper est dans la barque avec eux, gardant toujours les clés. Il est également présent dans Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde, en possession des clés qui sont cette fois utilisées pour ouvrir le livre du code des pirates.

Notes et références Modifier

  1. Chine censure Pirates des Caraïbes, jugé trop « dégradant », Reuters sur Yahoo News, (page consultée le 15 juin 2007)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Modèle:Palette Pirates des Caraïbes Modèle:PortailModèle:Lien BA

ar:قراصنة الكاريبي: في نهاية العالم bg:Карибски пирати: На края на света bs:Pirati s Kariba: Na kraju svijeta cs:Piráti z Karibiku: Na konci světa cy:Pirates of the Caribbean: At World's End da:Pirates of the Caribbean: Ved verdens ende de:Pirates of the Caribbean – Am Ende der Welt en:Pirates of the Caribbean: At World's End es:Pirates of the Caribbean: At World's End et:Kariibi mere piraadid: Maailma lõpus fa:دزدان دریایی کارائیب: پایان جهان fi:Pirates of the Caribbean: Maailman laidalla fo:Pirates of the Caribbean: At World's End ga:Pirates of the Caribbean: At World's End he:שודדי הקאריביים: סוף העולם hr:Pirati s Kariba: Na kraju svijeta hu:A Karib-tenger kalózai: A világ végén id:Pirates of the Caribbean: At World's End it:Pirati dei Caraibi: Ai confini del mondo ja:パイレーツ・オブ・カリビアン/ワールド・エンド ml:പൈറേറ്റ്സ് ഓഫ് ദ കരീബിയന്‍: അറ്റ് വേള്‍ഡ്സ് എന്റ് mr:पायरट्स ऑफ द कॅरिबियन - ऍट वर्ल्ड्स एंड (चित्रपट) ms:Pirates of the Caribbean: At World's End nl:Pirates of the Caribbean: At World's End no:Pirates of the Caribbean: At World's End pl:Piraci z Karaibów: Na krańcu świata pt:Pirates of the Caribbean: At World's End ro:Piraţii din Caraibe: La capătul lumii ru:Пираты Карибского моря: На краю света sk:Piráti Karibiku: Na konci sveta sq:Pirates of the Caribbean: At World's End sr:Пирати са Кариба: На крају света sv:Pirates of the Caribbean - Vid världens ände th:ผจญภัยล่าโจรสลัดสุดขอบโลก tr:Karayip Korsanları: Dünyanın Sonu uk:Пірати Карибського моря: На краю світу zh:加勒比海盗3

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard